Le #ChroniqueTaPAL de Mars 2017

Le #ChroniqueTaPAL de Mars 2017

Allez, je l’avais dit je le fais, le retour de la PAL ! Après la PAL de Janvier/Février pour repartir sur de bonnes bases, voici celle de Mars ! Toujours en partenariat avec le blog MangaClamp je réalise donc chaque mois ce défi : le #ChroniqueTaPAL. Et rien de plus simple : il suffit de chroniquer ce qui a été lu dans le mois écoulé, en indiquant les éventuels TOP ou FLOP. Je me focalise sur les mangas donc. Plus tard j’ajouterai les anime, mais ce mois-ci je n’en ai pas vu assez. Je ferai un article dédié 😉

Let’s go pour cette nouvelle PAL ! 😀 Et n’hésitez pas à faire de même avec vos mangas et à le partager 😉 C’est toujours cool de voir qui lit et qui a aimé quoi !

La PAL de Mars ça donne quoi ? On continue de rattraper son retard niveau mangas !

Des TOP en veux-tu en voilà !

enfants-baleine-4-5-6tJe choisis d’ouvrir cette PAL avec une série, qui pourtant avait un début inégal pour moi. J’avais adoré le premier tome, avant d’être déçue par le second. Mais comme souvent, il faut savoir s’accrocher ! Ce que j’ai fait et au final c’est bien pour ça que je mets Les Enfants de la Baleine #4, #5 et #6 dans ce TOP ! Au final, l’auteure ne cesse de distiller petites doses par petites doses son univers. Révélations, rebondissements, cruauté, beauté… Tout y passe !

En réalité, il faut absolument aller au-delà du second tome car les personnages prennent en profondeur, et la vérité au sujet de la Baleine de glaise se révèle ! À la fin du dernier volume sorti, on comprend enfin que le destin de ses habitants a pris un véritable tournant et qu’il ne sera peut-être pas aussi idéaliste qu’ils ne le pensent… De la même manière, on apprécie tout en restant surpris de la façon dont l’auteure travaille à la création de ce titre. Mais ça n’en est que passionnant grâce à ses anecdotes et ça ajoute au côté mystérieux du titre. Vraiment, une série à suivre, indéniablement !

my-hero-academia-7-ki-oonAlors qu’on pourrait croire que le thème s’essoufflerait avec le temps il n’en est rien ! My Hero Academia continue de nous offrir toujours plus de promesses avec son 7e tome ! Aux prises avec un Supervilain à la fin du précédent, Izuku et ses camarades Shoto et Tenya étaient en mauvaise posture. Mais contre toute attente ils s’en sortiront. Relançant par là-même malgré eux un vieux débat sur « qu’est-ce que l’héroïsme ? » et selon lequel les Supervilains auraient leurs propres valeurs…

En somme, on nous montre les « méchants », tout en restant camper côté « gentils » pour faire évoluer ce beau petit monde, et en même temps, on nuance la place des Supervilains car… peut-être ont-ils une bonne raison de l’être. Bref ! Ce tome est toujours aussi dynamique que les précédents, indéniablement un coup de cœur à nouveau chez moi ! D’ailleurs l’auteur s’attaque à un duo improbable à la fin du volume, on a hâte de découvrir la suite !

enfant-et-le-maudit-1-komikkuL’Enfant et le Maudit #1 c’est la grosse surprise du moment qui entre immédiatement dans ce TOP du #ChroniqueTaPAL ! C’est juste impossible de faire autrement ! Tellement que j’en ai fait un article plus détaillé, par ici si vous souhaitez en apprendre d’avantage. Et on peut dire que Komikku frappe fort en sortant ce titre. Certes, il va falloir attendre un peu pour avoir le second volume, et au Japon, à peine un de plus est sorti ou prévu. Mais il faut que vous la lisiez ! Vraiment !

C’est un bijou tant au niveau visuel qu’au niveau scénaristique. Cette petite fille, au dessin si épurée et pourtant si naïve, est adorable et évolue dans un univers plus impitoyable qu’on ne le croit. Et ce monstre, ce « Professeur » comme il se fait appeler, beaucoup plus humain que la plupart de ces derniers, et pourtant rejeté. Leur complicité est surprenante, le fait qu’ils vivent ensemble l’est encore plus et pourtant. Ce conte est savoureux et poétique. Ne cherchez plus si vous souhaitez une série hors du temps et originale : vous l’avez trouvé !

pline-1-2C’est un plaisir de retrouver à nouveau Mari Yamazaki sur une telle série ! La voir à nouveau traiter la Rome Antique est un pur bonheur ! Pline #1 et #2 s’intéresse donc à l’histoire de Pline l’Ancien, et particulièrement à son Histoire naturelle, sorte d’Encyclopédie à l’époque ayant fortement inspiré les époques qui suivirent. À travers sa curiosité insatiable face aux éléments, la faune, la flore et les techniques, on ne peut que se laisser happer par une époque vue à travers les yeux d’un Romain tel que lui.

On se sent presque comme un enfant dont on vient d’ouvrir les yeux. Sa curiosité est en effet égale à sa sincérité et sa spontanéité. Le point obscur dans toute cette histoire étant son Empereur, le célèbre Néron, pas forcément connu pour sa droiture et sa gentillesse… J’ai hâte d’en apprendre encore d’avantage sur cette Rome Antique qu’on nous dépeint. Un vrai plaisir, mais retour en Juin seulement !

Et autrement, ça reste plutôt stable !

servamp-10-dokiAvec Servamp #10 on continue de toucher un peu plus au cœur du problème. Le C3 est-il véritablement ce qu’il parait ? Et où étais passé le servamp de la Colère ? Comment l’ont-ils capturé ? Au final, dès que Mahiru commence à en apprendre d’avantage sur les origines des servamp ou du C3, une nouvelle situation tout aussi désespérée ou chaotique se met en place. Mais le pire reste Tsurugi. Ce personnage est au centre-même de ce volume. L’auteur nous offre en effet un pan de son passé, et de sa relation tordue avec celui qui dirigerait leur cellule en partie.

Mais pourquoi est-il ainsi : aussi déjanté que puissant ? Pourquoi suit-il si aveuglément cet homme au risque de faire du mal à ses propres amis ? C’est en ce sens qu’on se rapproche du C3 et de sa fonction pas si claire que ça. En parallèle du servamp de la Colère, on voit que les secondes classe de Tsubaki s’enfuient à leur tour. Que nous réservera la suite de la série ? En tout cas, le cliffhanger de fin laisse présager quelque chose de fou suivant le choix de Tsurugi !

love-beloved-2-3J’ai failli remettre Love be loved, love be left #2 et #3 dans les FLOP ou PAS LOIN vu que c’est ce que j’avais déjà fait pour le premier volume. Mais finalement la série commence à prendre tout son potentiel. Je ne dirais pas néanmoins pour l’instant que ce soit la meilleure offerte par Io Sakisaka. On sent sa patte et elle reprend de l’importance.

L’histoire en elle-même commence à évoluer dans un sens plutôt intéressant, même si j’ai eu peur au début que ce soit encore l’énième amour adultère (auquel elle ne nous a jamais habitué auparavant !). Cette auteur a vraiment un don pour retranscrire les états d’âme des adolescent, mais surtout le cœur amoureux. Le tout servi avec un graphisme toujours aussi excellent et on prend plaisir à suivre leur quotidien, leurs espérances et leurs difficultés. Un âge où tout est à faire et perfectionner, mais où tout est sincère pourtant.

ancient-magus-bride-6-komikkuThe Ancient Magus Bride #6 est toujours autant un petit bijou scénaristiquement et visuellement. Petit à petit l’auteur maîtrise son univers et nous offre le quotidien de Chisé et Elias : entre réalité et irréalité. La jeune fille continuant d’évoluer dans un monde rempli d’êtres fantastiques, bien qu’elle semble s’y faire de plus en plus. Cette fois, on nous présente un être maléfique ou pas loin, qui s’en prend aux humains, particulièrement ceux piégés par les mots d’autrui. Mais qu’on risque de revoir peut-être plus tôt que prévu…

Dans l’ensemble, ce volume est intéressant car il présente l’approche de Noël pour ces êtres tirés du folklore, mais aussi entre le noël japonais vécu par Chisé et celui d’Elias. On a droit également au passé de l’apprentie magicienne qu’Elias et elle ont rencontré peu de temps auparavant. En somme, la série suit son cours, Chisé en son centre : s’intéressant à son évolution, ses décisions et ses convictions au travers d’un monde nouveau. Prenant simplement de l’assurance pour l’affronter. Vivement le prochain, non dater encore !

somali-2-komikkuÀ l’instar de The Ancient Magus Bride, cette série proposée par Komikku est elle aussi un petit bijou. Somali et l’esprit de la forêt #2 continue de nous faire voyager dans son univers aussi riche que fantastique ! Ce titre se rapprocherait même un peu de L’Enfant et le Maudit. On sent donc nettement le parti pris de l’éditeur et sa stratégie éditoriale. Ici on continue de découvrir le quotidien de Somali et de son Golem. Ce dernier tentant par tous les moyens à trouver un moyen de survie pour la fillette, obligée de se grimer pour se faire passer pour un « monstre ».

Les êtres humains étant une denrée nourrissante ou pas loin pour tous ces derniers. D’ailleurs, dans ce second tome, on aperçoit la bibliothèque des Sorcières plus en détail et c’est juste sublime. On apprend plus ou moins l’origine du début de la séparation entre humains et non humains, ou du moins, on nous offre un morceau du passé. Mais un danger semble rôder autour de la petite fille qui croit que son Golem va l’abandonner. Comment cela se finira-t-il ? Rendez-vous dans le prochain volume pour le savoir !

assaut-du-roi-2-3J’avais déjà abordé la question dans un précédent article, ici, mais une nouvelle série tirée tout droit d’un jeu de plateau a fait son apparition chez nous. Et je confirme ce que je pensais dans cet article. À l’assaut du Roi #2 et #3 nous transportent véritablement dans le monde des échecs ! Mais attention, rien de compliqué. L’auteur fait en sorte de nous offrir les bases, et même de petits exercices afin de nous entraîner nous-mêmes ou de mieux saisir encore ce qui est montré dans la série.

De la même façon, si une technique apparaît, elle sera très bien expliquée dans les cases qui suivront ! En somme, j’apprécie ce côté pédagogique. Le héros principal, Ippei, est quant à lui attachant et naturel, ce qui fait du bien. On prend plaisir à le découvrir et le voir évoluer dans un monde aussi fermé. Son déplacement dans un autre club à la fin du volume 3 présage justement que son quotidien risque de changer du tout au tout ! Attendons de voir ça dans le 4e tome, déjà sorti.

linksLinks, c’est ce genre de recueil boys-love intemporel et rempli de poésie. Des mots qui virevoltent, des pensées qui s’entrechoquent, des émotions à vifs et sincères… Ce recueil qui met en avant quatre couple, aux quotidiens parallèles, est une bouffée d’air frais dans le milieu. KIZU Natsuki sait nous transporter à nouveau dans la vie de tous les jours de ces hommes. Même si parfois c’est un peu confus dans la manière de passer d’un couple à l’autre, sachant qu’ils se connaissent tous, le dessin est là pour rattraper derrière, et au final, on est conquis.

Un beau moment évanescent où seul un mot se retrouve au-dessus de tout le reste : l’amour. Car c’est bien là tout le sujet du livre. Savoir décrire et expliquer clairement ce sentiment banal pour certains, important pour d’autres, vital encore pour tout un chacun. Entre passé difficile et avenir incertain, on se surprend à se retrouver quelque peu dans ce mélange de personnalités. Des personnages charismatiques, attachants malgré la rapidité du tome, et surtout intrigant. Un beau moment à la fois poétique et nostalgique : on en redemande !

 N’hésitez pas à donner vos propres avis ^^

0

Articles suggérés

3 responses to “Le #ChroniqueTaPAL de Mars 2017”

  1. […] C’est d’ailleurs une de mes rares lectures communes avec Gensen qui en parle dans son propre #ChroniqueTaPAL de mars. […]

  2. Suigint0 dit :

    J’ai enfin pris le temps de lire ton article (et de rédiger mon propre #ChroniqueTaPAL)! 🙂

    Ravie de voir que tu apprécies finalement Les Enfants de la Baleine, en effet ça valait le coup d’aller au-delà du tome 2 ^^ J’espère toutefois que cette série ne nous décevra pas, et ne s’étirera pas trop en longueur…

    Sinon je suis aussi enthousiaste que toi concernant The Ancient Magus Bride et L’enfant et le maudit. Deux titres à suivre de près! =D

    • Gensen dit :

      Oui pour Les Enfants de la Baleine, finalement le potentiel véritable arrive après le volume 2 ! Donc ça vaut le coup, puis le dessin reste sublime et très poétique.
      Et dans l’ensemble les titres de chez Komikku me plaise et l’ambiance de ces deux titres (Magus Bride et L’enfant et le maudit) reste unique, on ne peut pas le nier.

      Après comme tu le soulignes, sur certains titres, on se pose néanmoins la question de la longueur… à voir ! Je prépare celui d’avril à présent ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.