[Album] Nobara et la malle du sorcier, un conte à découvrir

[Album] Nobara et la malle du sorcier, un conte à découvrir

Nobara-malle-du-sorcier-nobi
Nobara et la malle du sorcier

Éditeur : nobi nobi!
Auteur : KANNO Yûji / Illustrateur : MATAYOSHI
Genre : album jeunesse
Date de sortie : Juillet 2014
Prix : 13,20 €

 

Résumé de l’album :

Nobara vit avec ses parents qui tiennent une auberge dans une ville très passante. Un jour, un drôle de bonhomme hirsute arrive en portant une grosse malle. Mais pas n’importe quelle malle ! Ce petit homme est en réalité un sorcier qui peut sortir de son coffre tout ce que l’on désire. Hélas, cela fait un siècle qu’il parcourt les routes avec ce formidable accessoire sans réussir à réaliser un seul vœu correctement : en effet, la valise matérialise uniquement les souhaits les plus sincères ! Intriguée, Nobara décide d’aider le génie à exaucer les vœux, ce qui les entraînera tous les deux dans un long périple à travers le monde pour semer la joie partout où ils s’arrêtent. Mais quel est donc le secret qui permet à Nobara de dompter la capricieuse malle magique ?
Joli conte à la fois moderne et empli de nostalgie, Nobara et la malle du sorcier aborde la question de savoir ce qu’on désire réellement, et ce qui est vraiment important dans la vie.

Critique :

nobinobi-Nobara_p06-07Cette chronique n’est pas récente, dans le sens où cet album est sorti il y a un moment, en 2014, et que je l’ai donc lu il y a un moment. J’avais écrit déjà à l’époque quelques lignes sur le titre. Je m’occupe de vous les retranscrire au mieux ici. À noter que tout comme les deux autres album de chez Nobi Nobi!, dont un article de chaque existe ici, Nobara et la malle du sorcier est un album jeunesse classé en Hors Collection chez l’éditeur. Mais je n’y peux rien, c’est souvent parmi ces livres-là que je suis la plus touchée !

Pour commencer à parler un peu plus en détail de ce livre jeunesse, notez bien qu’il s’agit du deuxième titre de ce duo d’auteurs à paraître en France !  Toujours chez Nobi Nobi! : l’éditeur semble en effet avoir compris que ce duo était plutôt efficace. Et qu’il offrait un travail de qualité scénaristique et graphique incomparable, voire superbe.

Le premier livre, Lika aux cheveux longs, était déjà magnifique de par son dessin et son scénario. Il était en effet très proche des contes de notre enfance. Ce second album Nobara et la malle du sorcier, rejoint entièrement cette disposition et cette affiliation aux célèbres contes de Grimm tant l’approche est semblable.
Ce duo d’auteur possède une technique vraiment sincère, et on est vraiment transporté lors de la lecture. On suit avec attention le périple de leurs personnages et surtout l’évolution que cela entraîne jusqu’au dénouement final. On a l’impression de se retrouver dans un conte de Grimm où il est indispensable de mener à bien la quête entamée et d’en recevoir tous les bienfaits à la toute fin.

nobinobi-Nobara_p10-11Nobara et la malle du sorcier nous offre ainsi le même cheminement. On suit l’apparition d’un vieux monsieur, puis la rencontre entre ce dernier et une jeune fille d’aubergiste qui ne rêve que d’une chose : voyager.
Une dose de magie se mêle à leur rencontre avec la présence d’une malle qui exaucerait tous les vœux et permettraient de faire apparaître tout ce dont les gens auraient besoin. La seule interdiction étant que le vieux monsieur ne pourra jamais faire de souhait pour lui-même, car cela entraînerait la fin de la malle. Un écho aux célèbres contes où il existe toujours un revers de la médaille ? Possible.
Mais très vite, un lien incroyable va se tisser entre ces deux personnages que pourtant, rien ne rapproche. Le vieux monsieur est presque aigri et lassé de la vie alors que la jeune fille est curieuse, et adore rêver.

Et c’est cette rencontre qui transportera le conte et leur histoire d’un bout à l’autre. Le dessin ne servant qu’à rendre merveilleuse l’histoire. On se rapproche même du manga à certains moments, tout en restant un simple album. Enfin, non : un conte illustré.
La relation texte/image est dès lors bien équilibrée. Le texte n’est pas trop présent et l’illustration entoure à merveille les divers paragraphes et se placent bien dans les pages. Le texte joue également sur la typographie : parfois grasse, parfois plus grande, parfois simplement petite et de taille standard… Les auteurs ont su jouer avec tout comme avec les illustrations : parfois en double-page, parfois sur une demi-page, ou juste pour accompagner le texte…

nobinobi-Nobara_p36-37En somme, ce conte est une vraie prouesse qui nous amène à penser qu’on doit faire ce que l’on désire véritablement, et ne pas forcément attendre pour cela. La rencontre de deux personnes différentes, le périple qu’ils vont accomplir ville après ville jusqu’à la décision finale qu’ils prendront tous les deux… Les auteurs savent communiquer leur message en nous envoûtant totalement par l’écriture et le dessin.
Les couleurs de l’ouvrage sont également belles. On apprend d’ailleurs à la fin de l’album que la colorisation a été réalisée à l’ordinateur. Quand on voit le rendu final on ne peut qu’être bluffer.

De long en large, on retombe en enfance en suivant l’aventure de Nobara et de ce vieux sorcier.
Cet album est d’excellente facture également : la couverture est cartonnée mais pas seulement, un effet de tissu satiné s’y trouve. Le papier est glacé quant à lui et d’excellente qualité, les couleurs bien rendues. Et la traduction est fluide et délicate.
Bref, un joli bijou à lire en bonne compagnie, et qui n’est pas qu’à l’adresse des enfants 😉


Les images ont été récupérées sur le site même de nobi nobi!. Merci de respecter leur travail. N’hésitez pas à laisser un message si vous connaissez d’autres album dans le même genre. Et si vous souhaitez en discuter d’avantage je me ferai un plaisir de vous répondre ! 😀

0

Articles suggérés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.