Castle Mango, petit boy’s love sympathique

Castle Mango, petit boy’s love sympathique

Couverture du tome 1 de Castle Mango chez Taïfu ComicsCastle Mango
Éditeur : Taïfu Comics
Dessin : ÔGURA Muku
Scénario : KONOHARA Narise
Date de sortie du 1er volume : 28/01/2014
Date de sortie au Japon : 20/04/2011
Nombre de volumes : 2 (série finie)
Prix : 8,99 €
Genre : Romance, boy’s love

Résumé / Synopsis :

Tome 1

Yorozu vit dans un love hotel, le Castle Mango. Malgré ce lieu de résidence insolite, le garçon vit une vie tranquille… jusqu’au jour où il rencontre Togame, le réalisateur gay d’un film porno qui va être tourné dans l’hôtel. Non content de vouloir Yorozu pour remplacer un de ses acteurs, Togame ne va pas tarder à s’intéresser à Satoru, son petit frère. Horrifié par ce comportement, Yorozu exige que le réalisateur laisse son frère tranquille. Ce dernier accepte, mais il est loin d’en avoir fini avec Yorozu…
(Source : Manga-news)

Tome 2

Après avoir aperçu Yorozu avec une fille lors d’un feu d’artifice d’été, Togame prend ses distances avec lui. Yorozu ne sait pas quoi faire devant l’attitude froide de Togame, sans compter que sa mère doit soudain entrer à l’hôpital. Yorozu décide de gérer lui-même l’hôtel en son absence, mais un client indélicat provoque un incendie dans l’une des chambres…
(Source : Manga-news)

Critique de Castle Mango

Couverture du tome 2 de Castle Mango chez Taïfu ComicsATTENTION : cette critique a été faite en 2014, il y a donc 6 ans ! Je continue de vous ressortir du placard quelques petits billets sympa. J’avais pris plaisir à l’époque à les écrire.

Nouveau boy’s love de chez Taïfu et nouvelle licence de 2014 par la même occasion. Et surtout série finie en deux tomes depuis mars !

J’ai d’abord été tentée par ce titre grâce aux couvertures, je les trouve vraiment jolie et après avoir lu la série, je peux dire également qu’elles représentent à merveille l’intérieur du love hôtel nommé Castle Mango. Donc accessoirement le lieu au-dessus duquel vit Yorozu vu qu’il appartient à sa famille.
Et je peux vous assurer que l’intérieur des volumes ressemble beaucoup aux couvertures, chaque chambre du love hôtel possède en effet un “thème” et de l’extérieur il ressemble véritablement à un château.

Extrait et ouverture d'un chapitre de Castle Mango chez Taïfu Comics

CASTLE MANGO © 2011 MUKU OGURA / NARISE KONOHARA / TOKYOMANGASHA, Tokyo.

Passé la mise en place du lieu où vit Yorozu, et où va venir travailler de temps à autre Togame, on a les deux personnages principaux et leur entourage : la mère de Yorozu qui jouera un rôle important dans le second tome, le frère, Satoru qui sera un dénominateur commun à nos deux héros durant toute la série. Mais également le camarade de classe de Yorozu qui va devenir son ami du jour au lendemain grâce aux films tournés par Togame, le collègue de travail de Togame et pour finir un ami du lycée de ce dernier.

En somme, l’entourage de nos héros est assez restreint, mais ce n’est pas plus mal car c’est largement suffisant : surtout quand on apprend rapidement que nos deux héros sont solitaires à leur manière.
Pour le reste, la mise en place du scénario et la façon dont ils se mettent ensemble fait peut-être légèrement cliché. Néanmoins ce qui se passe ensuite l’est moins et on s’attache vraiment très rapidement aux deux personnages. Le côté tout en retenu et soft de par le fait que Yorozu est mineur, est bienvenu et ajoute grandement au récit.
On apprécie de suivre le quotidien de ces deux hommes et leur simplicité surtout : la manière dont Togame prend ses responsabilités vis à vis de Yorozu, et la pureté et l’innocence de ce dernier qui reste néanmoins buté de bien des façons.

Second extrait tiré de Castle Mango chez Taïfu Comics

CASTLE MANGO © 2011 MUKU OGURA / NARISE KONOHARA / TOKYOMANGASHA, Tokyo.

Le premier volume met ainsi en place leur relation jusqu’à un festival d’été où tout semble se précipiter, pas forcément dans le bon sens… Cela va rendre la vie extrêmement dure à Yorozu dans le second tome, davantage encore quand sa mère va être hospitalisée et qu’il va devoir tout assumer seul. Fidèle à sa réputation de garçon sérieux, et n’acceptant d’aide de personnes qui dénigrent leur demeure.
Leur relation prend en effet un autre tournant dans ce dernier tome, et on suit donc avec détermination les efforts de Yorozu, mais aussi ceux de Togame qui essaie de changer de travail.

Jusqu’au final du second volume qui permet d’offrir une sorte de fin ouverte qui ne dérange pas cette fois, bien au contraire.

Ce qui m’a plu également c’est le fait que ce soit tiré d’un roman, l’histoire est touchante à sa façon de par sa simplicité et la véracité de la relation, même si une différence d’âge existe entre les deux protagonistes.
C’est à mes yeux également plus du shonen-ai que du boy’s love, et cela bien que le thème du livre soit ce love-hôtel et donc indirectement le sexe. Car les rares relations sexuelles du livre sont plus suggérées qu’autre chose, et on apprécie donc d’autant plus.

Conclusion

Un bon petit yaoi signé Taïfu Comics avec une bonne traduction (très peu de fautes) et une qualité présente aussi. Rien à redire l’édition est soignée comme chaque fois dans leurs boy’s love.
Je ne peux que la conseiller aux amateurs du genre et à ceux qui voudraient tester, mais aussi à ceux qui ont l’habitude d’en lire car Castle Mango ne paie vraiment pas de mine avec l’histoire qui passe bien avant le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.