UNE de l'article Ton visage au clair de lune chez Pika
Mangas,  Shojo

Ton visage au clair de lune – Retour réussi de Mika YAMAMORI en France !

Description technique

Éditeur : Pika Editions
Auteur : Mika YAMAMORI
Collection : Cherry Blush
Traductrice : Manon Debienne
Genre : vie scolaire, tranche de vie, romance
Pages : 192
Date de sortie du 1er volume en France : 05/10/2022
Date de sortie du 1er volume au Japon : 11/12/2020
Prix : 7,20 €

Résumé / Synopsis du livre

Yoi a des traits fins, un corps svelte et une voix au timbre bas… Résultat : tout le monde considère Yoi comme un très beau garçon, quitte à en oublier qu’elle est une fille. Adulée de tous, surtout de la gent féminine, de par son allure de héros de conte de fées, elle est surnommée “le prince” par ses camarades de classe. La lycéenne éprouve des sentiments partagés face à cette étrange forme de popularité. Sa rencontre avec Ichimura, l’autre “prince” du lycée qui, lui, est bel et bien un garçon, pourrait bousculer l’image que Yoi a d’elle-même…
(Source : site de l’éditeur)

Critique de Ton visage au clair de lune

© by YAMAMORI Mika / Kôdansha et Pika éditions

Alors là, arrêtez tout car arrive une série d’une mangaka que j’ai vraiment adoré par le passé ! Oui, vous lisez bien, l’autrice n’est pas inconnue chez nous. La seule chose c’est que la série remonte déjà à 2017 pour le dernier tome paru, mais à 2015 pour son premier volume… Je parle de Daytime Shooting Star à retrouver aux éditions Kana !

C’est donc ma première grosse surprise. Quand j’ai su qu’un éditeur allait sortir sa dernière série à date (il y en a eu une autre entre temps jamais parue chez nous)… J’étais étonnée de l’éditeur en question. En somme, je m’attendais à ce que ce soit à nouveau Kana qui publie cette autrice. Pourtant, c’est bien du côté de Pika éditions que l’information est arrivée. Pas de primeur donc pour Kana cette fois avec cette mangaka. Car si vous suivez un peu la parution des shojo en France, souvent un éditeur sort plusieurs titres d’une même autrice, et rare sont les séries éparses à droite et à gauche !

Bref, je m’éparpille un peu c’est un fait, mais il fallait remettre le contexte en place. Mika YAMAMORI est en effet une mangaka que j’apprécie fortement. Son trait particulièrement est très reconnaissable et beau. Oui, le mot est même faible face à tant de beauté, mais cette autrice magnifie son dessin à la perfection. Et ce n’est pas Ton visage au clair de lune, dont on parle ici, qui signifiera le contraire ! On y voit clairement que son dessin a su évoluer avec le temps. Il en est limite bluffant de réalisme et surtout il semble parfait !

© by YAMAMORI Mika / Kôdansha et Pika éditions

Rare sont les passages dans le récit où le dessin fait défaut. Les personnages sont expressifs. Bien qu’ils soient des « princes » : on perçoit leurs émotions. Notamment Yoi, c’est celle qui est censée être la plus glaciale, et au final, je la trouve réellement émotive et à fleur de peau ! Quant à Ichimura, c’est son regard qui fait passer ses pensées. Il n’est pas aussi expressif que Yoi, garçon oblige sûrement, indiquant une certaine virilité, mais son regard est souvent troublant.

Et heureusement, car par moments ses paroles pourraient être un peu mal comprises ou un peu trop rentre-dedans. Ses propos peuvent être limites tout comme certaines de ses actions. L’un des exemples que je citerai à ce sujet serait le passage à l’infirmerie. Pensant prendre soin de Yoi, il lui impose sa présence pour dormir dans le même lit, et cela alors même que la jeune fille ne le souhaite pas. Et avec raison vu que la jeune fille est novice en matière de drague, et surtout, elle est en droit d’exiger qu’on laisse son intimité tranquille. Et ce n’est peut-être pas le seul passage où Ichimura est entreprenant, à la limite de l’abus.

Résultat, le fait qu’il arrive à faire passer certaines choses par son regard est intéressant, et complète à souhait les premiers émois qui prennent possession de Yoi. D’autant qu’Ichimura est le premier garçon à s’intéresser à elle, en tant que fille et non en tant qu’un prince inaccessible. Car très vite Ichimura comprend que tous les garçons du lycée reconnaissent la beauté de Yoi, mais ne souhaitent pas sortir avec elle du fait que justement, sa beauté est trop envahissante. En somme, aucun ne veut se mettre à dos les filles du lycée (oui on va le résumer ainsi). Le jeune homme est encore plus surpris et curieux.

© by YAMAMORI Mika / Kôdansha et Pika éditions

C’est ainsi que son invasion dans le quotidien de la jeune fille débute, la bouleversant malgré lui car remettant en question de nombreux réflexes pris par cette dernière. Entendre par là le fait qu’elle s’empêche de vivre réellement comme une fille, de se comporter comme telle car ne faisant que répondre aux attentes des autres à son sujet, et de ne jamais sortir avec qui que ce soit au point d’accepter des menus cadeaux de groupies… Bref, Yoi semble totalement coincée dans un carcan qu’on lui impose depuis très longtemps, et Ichimura aimerait quant à lui briser cette carapace.

Ce dernier est le second « prince » du lycée de par sa bouille d’ange, mais aussi par sa richesse. Il est très sollicité par nombre de filles. C’est avec étonnement et plaisir qu’on apprend à connaitre ces deux personnages. Une sorte du jeu du chat et de la souris qui débute donc !

Conclusion

© by YAMAMORI Mika / Kôdansha et Pika éditions

En définitive, ce premier volume met en place tous les protagonistes à date. On parle ici de Yoi, de Ichimura, des amies de la jeune fille, d’un bon pote au jeune garçon, et le père de Yoi. On nous dépeint aussi l’environnement dans lequel ils évoluent : le lycée, mais aussi le restaurant du père de Yoi et la maison du grand-père de Ichimura.

Le premier volume est plutôt égal niveau rythme. On ne s’ennuie donc pas à sa lecture et on s’extasie devant certaines planches. Personnellement, je me suis déjà prise d’affection pour l’héroïne ! En revanche le héros, je suis un peu plus mitigée de par son côté un peu forceur. Même si c’est ce qui fait un peu le sel de ce shojo. Et puis le cliffhanger de fin de volume qui semble présager que Yoi souhaite prendre les choses en main… Je dis un grand oui et rien que pour cette idée, je veux lire la suite ! Il faudra néanmoins attendre décembre pour cela ! Après tout, la série ne comptera que 5 volumes dès le mois de novembre.

Retrouvez un extrait du tome 1 sur le site de l’éditeur : sur cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.