Le mystère des pingouins – la route pinguinesque

Le mystère des pingouins – la route pinguinesque


Affiche du film Le Mystère des PingouinsLe Mystère des Pingouins – Penguin Highway

Format : film
Studio d’animation : Colorido
Réalisateur : HIROYASU Ichida
Scénario : UEDA Makoto
Character Design : YOJIRO Arai
Oeuvre originale : Penguin Highway de MORIMI Tomohiko
Genre : Animation, Aventure, Fantastique
Date de sortie (France) : 14/08/19

 

 

Résumé / Synopsis

Quand des pingouins apparaissent partout dans sa petite ville, semant au passage une joyeuse pagaille, le jeune Aoyama se dit qu’il y a là une enquête à mener. Ce studieux élève de CM1, accompagné de son meilleur ami, enrôle également sa rivale aux échecs et une énigmatique assistante dentaire pour percer le secret des pingouins. Mais ces petites bêtes ne sont que le premier signe d’une série événements extraordinaires. Commence alors pour le jeune garçon une aventure pleine de surprises… et de pingouins !
(Source : site du distributeur français)

Critique de Le Mystère des pingouins – Penguin Highway

© 2018 Tomihiko Morimi, KADOKAWA / Penguin Highway Production Committee.

S’il y a bien un film d’animation pour cet été que j’attendais avec une certaine impatience, c’est bien celui-ci : Le Mystère des pingouins – Penguin Highway par le studio Colorido !

Depuis les premières images apparues il y a de cela plusieurs mois sur internet via des vidéos teasing, et depuis la première bande-annonce japonaise, j’étais bien curieuse. Savoir ensuite qu’il s’agissait de l’adaptation d’un livre d’un grand romancier japonais MORIMI Tomihiko était un réel plus. Pour une fois qu’on adapte un autre roman jeunesse japonais et non pas occidental, ça attire la curiosité ! Car oui cet auteur a déjà eu droit à d’autres adaptations par un autre réalisateur : Masaaki YUASA (Night is short, The Tatami galaxy…)

© 2018 Tomihiko Morimi, KADOKAWA / Penguin Highway Production Committee.

Je dois dire aussi que le peu qu’on nous montrait, l’animation semblant fluide, j’étais intriguée. Au-delà bien sûr de l’histoire, suffisamment mystérieuse, pour attirée le chaland et suscité l’intérêt. De la même manière, l’animation semblait plutôt colorée, et estivale. Ce qui tombe bien, avouons-le, comme le film sort chez nous en plein été (sorti en 2018 il me semble au Japon). De plus, c’est le premier long métrage de ce studio, habitué jusqu’ici à faire des formats courts. C’est donc l’occasion ou jamais d’aller le voir, je vous l’assure ! 

© 2018 Tomihiko Morimi, KADOKAWA / Penguin Highway Production Committee.

On l’a regardé avec mon compagnon, et on a vraiment apprécié tous les deux. On se faisait nos propres hypothèses, et on était surpris quand cela n’allait pas dans notre sens. On a pris un réel plaisir à découvrir ce film. Les personnages sont plutôt attachants, surtout le héros Aoyama, au final un peu tête à claques parfois. Mais son ami le peureux maladroit et la camarade de classe, jolie fille au caractère bien trempé, sont autant de protagoniste évoluant autour de lui qui ajoutent du pep’s à l’intrigue. Et bien sûr, sa chère assistante dentaire. Elle met, elle aussi, sa patte non négligeable dans l’histoire, puisque cela tournera en partie autour d’elle. 

© 2018 Tomihiko Morimi, KADOKAWA / Penguin Highway Production Committee.

Sa relation avec le garçon a un esprit fraternel mais aussi maternel qu’on valide totalement. Elle se positionne soit comme une moralisatrice, soit comme une bonne amie. Elle aide le petit garçon à y voir clair et à évoluer, grandir tout simplement. Ce dernier est en effet obsédé par l’idée de devenir adulte. Il compte même les jours pour ! Il va pouvoir également évolué en côtoyant bien malgré lui d’autres camarades de classe. Comme le voyou et ses deux acolytes par exemple, un peu cliché peut-être mais qui fait mouche. Un voyou n’est jamais complètement un voyou, n’est-ce pas ? Et le studio joue sur cette ambiguïté. D’autant plus quand on comprend le rôle qu’ils vont jouer dans l’histoire. 

De même tout s’enchaîne sans accroc. Et on a un réel intérêt à suivre à la fois le quotidien très classique du héros. Sa monotonie donc, et son enquête. Les touches de fantastiques alors présentes (à l’instar des pingouins, mais il n’y a pas qu’eux, il faudra voir le film pour le comprendre), ne sont jamais invasives. Elles servent réellement l’intrigue. Au final, on se demande même si tout cela n’est pas un très grand rêve éveillé. Le tout se mélange vraiment avec émerveillement ! 

Conclusion

Pour moi c’est un joli coup de coeur, je l’ai davantage apprécié que Wonderland par exemple, pourtant lui aussi l’adaptation d’un roman. Ici on sent réellement la soif de connaissance de Aoyama, et son envie irrépressible de résoudre le mystère entourant sa ville. On s’attache car même s’il a un caractère bien particulier, cela le rend d’autant plus mignon. Enfin, les alternance moment fantastique, moment réel et leur confrontation sont vraiment bien dosées. Rien à y redire ! 

Les couleurs utilisées ensuite sont réellement estivales, et on se surprend même à sentir le vent dans nos cheveux. Je vous le conseille fortement ! Il faut aller voir cette petite pépite signée Colorido 😀 

Pour découvrir les différentes réalisations du studio, je vous invite à jeter un œil ici : sur animeka mais aussi sur le site du studio lui-même. Et vous pouvez suivre le distributeur en France qui sort d’autres films d’animation par ici.

Et petit trailer 😉 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.