Un apprenti criminel pas comme les autres

Un apprenti criminel pas comme les autres

Couverture du tome 1 de Apprenti CriminelCouverture du tome 2 de Apprenti CriminelApprenti Criminel
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Dessin : KANBA Mayuko
Scénario : AOYAMA Goshô
Date de sortie du 1er volume en France : 05/04/2019
Date de sortie du 1er volume au Japon : 18/12/2017
Nombre de volumes : 2 (série en cours)
Prix : 6,85 €

Résumé / Synopsis

Kris Minel (c’est un pseudo) arrive à Beika, la ville du crime ! 
Son but : tuer un homme ! Mais avant cela, ce campagnard va devoir se confronter à la jungle urbaine et relever les défis du monde moderne : prendre le métro, trouver un logement, un job, échapper à la police… Si le crime paie, ce n’est pas encore le cas pour notre apprenti.
(Source : site de l’éditeur)

Critique de Apprenti Criminel

© by KANBA Mayuko / Shôgakukan

Eh oui ! Je pense que l’aspect général de la couverture mais aussi le nom de la personne derrière le scénario vous parle. Apprenti Criminel est un spin-off de l’univers de Détective Conan, un peu à l’instar de Magic Kaito. Sauf qu’ici, on ne suit pas un personnage récurrent de Détective Conan, ou du moins pas comme on l’entend.

Je m’explique : dans Magic Kaito par exemple, on suit le quotidien de Kaito le magicien, celui-là même qui apparaît par moment dans les enquêtes de Conan, un personnage en réalité créé avant notre cher détective et qui plantait déjà le décor de la série : la ville (quartier même ?) de Baika. Ici on vous propose de suivre un… criminel en devenir ! Il n’a encore commis aucun délit ni aucun meurtre, mais il le sait ce Kris Minel qu’il est un criminel, il le ressent au plus profond de lui-même.

© Kana

Et quoi de mieux pour débuter sa vie de meurtrier que d’aller là où le crime est légion ? C’est pour cette raison que Kris débarque à Baika. Mais très vite il se retrouve confronter à la dure loi de la capitale… Il va devoir se trouver un logement, ce qui n’est pas chose aisée (surtout quand on sait que nombre de meurtres ont eu lieu à droite et à gauche !) et un travail aussi. On suit donc sa vie tout en se demandant s’il réussira un jour à accomplir son méfait. Car oui, ce qui le motive c’est de tuer une personne en particulier. De nombreuses fois il en fait mention, mais chaque fois qu’il tente de se mettre en route pour le retrouver, le quotidien le rattrape : sa vie en colocation, sa mère qui débarque, sa visite d’un parc d’attraction, ses collègues de travail rarement présents… 

Couverture japonaise du tome 4

© by KANBA Mayuko / Shôgakukan

Bref, on ne cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. L’arrivée en colocation par exemple : il semble y trouver un allié potentiel fait du même bois que lui, sauf que ce dernier décide de faire justice face à l’histoire de Kris et à ses déboires pour trouver un logement. En tuant l’agent immobilier le voilà à nouveau seul dans une ville hostile. Ses colocataires le mettent en garde, et ne cessent de faire la fête tous les jours : ceci pour “fêter le fait qu’ils sont encore en vie”. Et ses collègues de travail alors ? Il s’agit en réalité d’une bande de détectives sous couverture tenant un vidéo club ! Et bien entendu ils ne sont jamais là et il se débrouille donc seul. 

Vous voyez un peu le comique derrière, et c’est tellement bien fait qu’on prend plaisir à le lire. L’autre particularité étant qu’on ne voit pas son visage ni son corps. Kris est une silhouette, ni plus ni moins. Et dans la rue il croise parfois d’autres silhouettes comme lui ainsi que… Conan et toute la clique de la série principale (même le Professeur Agasa !) De manière subtile certes mais parfois plus directe aussi, ce qui offre des clins d’œil bien sympathiques.

Conclusion

Vous l’aurez compris, de mon côté je suis entièrement sous le charme de ce spin-off qui change de l’ordinaire. Et qui pourtant possède tous les ingrédients de Détective Conan. Et voir Baika d’un autre angle n’est pas plus mal, cela change des enquêtes habituelles, ou des larcins et prouesses de Kaito. 

Ce titre est réellement pour les fan de Détective Conan, et de AOYAMA Goshô tout simplement. Et en même temps c’est une série non prise de tête qui se lit d’une traite et qui permet de passer juste un bon moment de lecture. Alors pourquoi se priver ? 😉 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.