B.N.A – Brand New Animal, le dernier Trigger

B.N.A – Brand New Animal, le dernier Trigger

Affiche de l'anime BNA sur Netflix FranceFormat original : Anime
Studio d’animation : Trigger
Diffuseur Netflix
Réalisateur : YOSHINARI Yō
Character-design : YOSHIGAKI Yūsuke
Scénario : NAKASHIMA Kazuki
Date de diffusion de l’anime : Été 2020
Disponible sur Netflix depuis le 30/06/2020

Résumé / Synopsis

Au 21e siècle, alors que leur existence avait toujours été cachée, surgissent de l’ombre des animaux anthropomorphiques. Michiru, une jeune humaine, se transforme un jour en tanuki : choquée par sa nouvelle forme, elle se réfugie à Anima City, un gigantesque complexe créé il y a 10 ans dans l’optique d’accueillir les animaux-humains. Là, elle fait la rencontre de Shirou, un homme-loup qui dit détester les humains. À son contact, Michiru commence doucement à comprendre tous les enjeux qui entourent le mystère des hommes-animaux. Mais une énigme persiste : pourquoi s’est-elle transformée en tanuki, alors qu’elle avait toujours été humaine jusqu’ici ? Michiru la femme-tanuki et Shirou l’homme-loup se retrouvent bientôt happés au cœur d’un incident de grande envergure…
(Source : Netflix-News)

Critique de l’anime BNA (Brand New Animal)

Illustration de l'anime Brand New Animal

© by Trigger /

Eh oui après le fameux Little Witch Academia dont je vous ai parlé début mars par ici, on retrouve le studio Trigger sur Netflix France ! Et cette fois c’est avec une nouvelle série en 12 épisodes : B.N.A – Brand New Animal.

Depuis le film Promare dont je vous avais déjà parlé à sa sortie l’an dernier, le studio était en effet très attendu par les fan. Pourtant, la série n’a pas fait grand bruit à sa sortie. Certes elle a eu droit à de belles annonces sur internet, mais confinement oblige (ou pas), B.N.A est un peu passé inaperçue semble-t-il. Une comparaison ? L’anime Dorohedoro sorti quasiment en même temps sur Netflix a eu plus de mise en avant !

Screenshot tirée de l'anime Brand New Animal

© by Trigger /

Mais soit, fan de Trigger, je l’avoue purement et simplement, j’étais forcément intéressée par sa venue au catalogue Netflix. D’autant que l’anime a terminé sa diffusion japonaise il y a quelques mois. Pour une fois, on n’a pas eu à attendre bien longtemps pour l’obtenir légalement chez nous. Donc bonne pioche ! Et je suis sous le charme.

La série nous narre l’histoire de Michiru, une humaine vivant dans un monde où des hommes-animaux sont apparus au grand jour après avoir été 1000 ans dans l’ombre. Humaine elle-même, du jour au lendemain, la voilà devenue un animhomme tanuki (pour reprendre le terme netflix). Or cela n’est jamais arrivé jusque-là. Cherchant à obtenir des réponses pour redevenir elle-même, elle décide de braver les dangers pour aller à Anima-City, la seule ville où les animhommes peuvent vivre en paix.

Elle y fera la rencontre de nombreuses personnes, dont Shiro Ogami, un homme-loup mystérieux qui semble travailler avec la police sur de nombreuses affaires. Tous les deux vont chercher à comprendre ce qui est arrivé à la jeune fille tout en démêlant une affaire à venir qui risquerait bien de mettre en péril la vie des animhommes…

Screenshot tiré de l'anime Brand New Animal - 2

© by Trigger /

La série est bien faite dans le sens où… Shiro déteste les humains mais va petit à petit se laisser surprendre par le caractère de Michiru. Au final, peut-être même qu’il décide de s’ouvrir davantage et de moins les détester. Et de l’autre on a une Michiru bornée, qui n’accepte pas sa nouvelle condition, mais qui petit à petit va pourtant apprivoiser sa nature animale, et va chercher à comprendre les animhommes. En réalité, elle se rend bien compte qu’elle possède de nombreux préjugés. On va dire qu’il forme un duo explosif, qui matche bien à l’écran et qu’on prend plaisir à suivre.

Pour le reste, les trois-quatre premiers épisodes sont là pour nous dépeindre un peu l’univers : nous expliquer les dessous de la ville, le quotidien des habitants, les caractéristiques des animaux etc. Et à partir du 5e épisode, ça s’accélère et on nous en révèle davantage jusqu’à arriver au dénouement final. Tout est exploité avec clarté, et personnellement je ne me sens pas frustrée. L’évolution des personnages est égale tout du long et réaliste surtout.

Autre affiche de l'anime Brand New Animal

© by Trigger /

L’animation quant à elle, ai-je besoin d’en parler encore ? Elle est juste à tomber : c’est dynamique, c’est coloré (mais juste ce qu’il faut), c’est réaliste et prenant. Les transformations apparence humaine/apparence animale sont bien faites. Et je vous vois vite venir : non ce n’est ni un Zootopie bis, ni un Beastars bis. Ici chaque animhomme peut choisir de prendre ou pas son apparence animale, et la plupart du temps ils sont même en apparence humaine. Ils ne prennent les caractéristiques animales qu’une fois en mode « animal » pas en restant humain. Les enquêtes sont diverses mais permettent de découvrir les dessous de Anima-City.

Et Michiru est clairement le personnage principal le plus fun que j’ai vu ces derniers temps : elle est vive, elle est enjouée, elle est déterminée, entêtée et en même temps elle reste une adolescente perdue. Le fait qu’elle soit un tanuki aussi c’est juste exceptionnel. Cela lui confère d’ailleurs de sacrés moments épiques quand elle découvre ce qu’elle peut faire en l’étant. Bien sûr elle rencontrera d’autres personnages qui la feront réfléchir, mais elle reste géniale.

Conclusion

12 épisodes, on pourrait croire que ce n’est pas assez. Mais l’intrigue tient très bien et n’est pas baclée. On a même droit à un petit twist vers la fin plutôt sympa. Pour moi, c’est du bon Trigger : ni trop ni pas assez.

Et on retrouve leur touche : certes l’action, le design and co mais aussi l’humour et la fraîcheur de leurs anime. Ils ne sont pas prises de tête, ils sont tout public et ça plait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.